The value of engaging the entire wheat chain

When the Canadian Wheat Research Priorities task group convened in 2019 to begin the consultative process that would create the 2020-2022 priorities, they purposely invited representatives along the entire wheat value chain from across Canada. 

“There is tremendous value in having everyone at the table,” says Dean Dias, CEO of Cereals Canada – the organization that co-chaired the development of the research priorities together with Agriculture and Agri-Food Canada (AAFC). 

“We set out to have the entire value chain involved to have a view from research on what is possible and what to focus on, a view from growers on yield and profitability, and a view from customers and exporters who know what is needed in the marketplace. And there is the role that groups funding public research, including AAFC, have in contributing to setting research priorities,” says Dias.

Setting representative priorities

Adam Dyck understands the value of an inclusive process from both sides of the table. He co-chaired the theme on customer quality. And for the past 11 years, he’s been in charge of Canadian operations for Warburtons – the largest bakery in the UK that sources over 50% of its wheat from its long-running Canadian Identity Preserved Program. 

 “There was an open invitation across the wheat value chain to participate including public and private wheat breeders, the seed industry, growers, grain companies, millers, end users and academia,” says Dyck.” With all these voices around the table, you develop outcomes that carry a lot of weight and represent the industry’s wishes. Having everyone in the value chain involved in priority setting helps develop a strong theme.”

One example of customer quality research that could benefit the whole value chain is work on rapid testing for qualities like gluten strength and milling properties. Researchers are looking at cost-effective rapid testing tools that could help breeders measure these quality traits earlier in the breeding process. This ensures that varieties released to market are well suited for the entire chain.

Focus on customer satisfaction

All five themes in the research priorities document focus on producing more wheat, more consistently, and improving the sector for the benefit of everyone in the value chain. It’s a key way to ensure Canada maintains its track record as a source for high-quality wheat around the world.

“Our goal with these priorities is to keep demand strong so growers see wheat as a profitable crop and keep acreage up,” says Dyck. “Canada is already a world leader in wheat, so if we collaborate on research priorities – and execute them successfully over time – we can keep current customers happy and attract new customers to Canadian wheat.”

Inform funding decisions

Another critical element of the collaborative priority setting is to deliver a clear message to wheat research funders on what the value chain agrees the priorities are. “This shared voice is extremely powerful and it’s why it was so important to ensure representation from the entire value chain,” says Dyck. “We need to invest in research in the right places and another reason for the strategy to include funding groups in the priority setting process.”

Bringing all the players in the sector together to develop shared priorities for Canadian wheat research builds a balanced, informed approach that considers multiple aspects. “You could have high-quality wheat that doesn’t yield well, or high-yielding wheat that doesn’t meet the need of end-use customers,” says Dias. “That’s why it was so critical to build a loop where the industry came together to have those types of discussions as a whole value chain to set relevant targets for wheat research in Canada.”

For more information on the 2020-2022 Canadian Wheat Research Priorities, visit cerealscanada.ca

 

Établir ensemble les objectifs de la recherche canadienne sur le blé 

L’importance de la participation de toute la chaîne de valeur  

Lorsque le groupe de travail sur les priorités canadiennes de la recherche sur le blé s’est réuni en 2019 pour entamer le processus de consultation qui établirait les priorités de 2020 à 2022, il a délibérément invité des intervenants de toute la chaîne de valeur du blé de partout au Canada. « C’est extrêmement utile de rassembler tout le monde à la table », déclare Dean Dias, CEO de Cereals Canada, l’organisation qui a coprésidé l’élaboration des priorités de recherche avec Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC).

« Nous voulions impliquer toute la chaîne de valeur afin de considérer la recherche sous tous les points de vue : les possibilités de la recherche et les domaines sur lesquels nous devrions nous concentrer de la perspective des chercheurs; le rendement et la rentabilité des exploitations agricoles de la perspective des producteurs; et les exigences du marché de la perspective des clients et des exportateurs. En outre, ACC et les organismes qui financent la recherche publique ont également un rôle à jouer dans l’établissement des priorités de recherche », explique M. Dias.

Établir des priorités représentatives

Adam Dyck reconnaît la valeur d’un processus inclusif. Il a coprésidé le groupe de travail thématique sur les exigences des clients. Et depuis 11 ans, il dirige les activités canadiennes de Warburtons. Cette boulangerie, qui est la plus importante au Royaume-Uni, s’approvisionne à plus de 50 % en blé canadien à identité préservée.

 « Nous avons lancé une invitation ouverte à tous les acteurs de la chaîne de valeur du blé, y compris les sélectionneurs de blé des secteurs public et privé, les semenciers, les producteurs, les sociétés céréalières, les meuneries, les utilisateurs finaux et le milieu universitaire », déclare Dyck. Avec toutes ces voix autour de la table, nous pouvons fixer des cibles qui ont beaucoup de poids et qui représentent bien les ambitions du secteur. La participation de tous les intervenants de la chaîne de valeur au processus d’établissement des priorités aide à développer un thème fort. »

Trouver le juste milieu entre les objectifs traditionnels de la sélection du blé (comme la hausse du rendement du blé) et les critères de qualités qu’exigent les utilisateurs finaux représente toujours un défi. « Nous devons nous assurer que le grain des variétés mises au point est adapté à l’usage auquel il est destiné », précise M. Dyck. « Il est donc crucial que les critères de sélection que nous donnons aux sélectionneurs de blé en matière de qualité correspondent réellement à ce que les utilisateurs finaux recherchent. »

La mise au point de tests rapides pour l’analyse de la force du gluten et d’autres propriétés de mouture est un exemple de projet de recherche qui pourrait profiter à l’ensemble de la chaîne de valeur. Les chercheurs s’intéressent aux outils d’analyses rapides et économiques qui pourraient aider les sélectionneurs à mesurer la qualité du blé plus tôt dans le processus de sélection afin de s’assurer que les variétés mises sur le marché sont bien adaptées aux besoins de l’ensemble de la chaîne.

Axer les objectifs sur la satisfaction des clients

Les cinq thèmes mis de l’avant dans le rapport des priorités de recherche sont axés sur l’accroissement de la productivité et de l’uniformité du blé ainsi que sur l’amélioration du secteur au profit de tous les intervenants de la chaîne de valeur. Cela permettra au Canada de maintenir sa réputation mondiale de fournisseur de blé de grande qualité.  

« Notre objectif est de maintenir une forte demande afin que les producteurs perçoivent le blé comment une culture rentable et que les superficies affectées au blé soient maintenues ou accrues », déclare M. Dyck. « Le Canada est déjà un chef de file dans la production du blé; si nous collaborons à l’établissement des priorités de recherche et que nous les exécutons avec succès au fil du temps, nous satisferons les clients existants et nous en attirerons de nouveaux. » 

Éclairer les décisions de financement

Un autre élément important de ce travail collaboratif d’établissement des priorités est de communiquer clairement aux organismes de financement de la recherche ce que la chaîne de valeur considère comme prioritaire. « Cette voix unie est très puissante et c’est pourquoi il était si important que toute la chaîne soit à la table », poursuit M. Dyck. « Nous devons investir dans des domaines de la recherche qui feront progresser le secteur, ce qui est une autre raison d’impliquer les organismes de financement dans le processus d’établissement des priorités. »

La participation de tous les intervenants du secteur à l’établissement des priorités canadiennes de la recherche sur le blé crée une approche équilibrée et éclairée qui tient compte de nombreux aspects. « Nous pourrions nous retrouver avec du blé de grande qualité mais qui est peu productif ou, à l’inverse, avec du blé très productif mais qui ne répond pas aux besoins des utilisateurs finaux », explique M. Dias. « C’est pourquoi il est si crucial de créer une boucle de rétroaction où le secteur peut tenir ce genre de discussions afin d’établir des cibles pertinentes pour la recherche sur le blé au Canda. »

Pour de plus amples renseignements sur les priorités canadiennes 2020-2022 de la recherche sur le blé, visitez cerealscanada.ca.

Members Login

Cereals Canada is a national, not-for-profit organization that brings a broad and diverse collaboration of partners from all sectors of the cereals value chain.